Clémence Castel : quelle est la maladie dont elle souffre et qui l’empêche d’avoir d’autres enfants ?

La tumeur hornono-dépendante dont souffre la star de Koh-Lanta Clémence Castel a changé sa vie. La candidate de Danse avec les stars a découvert sa maladie il y a huit ans maintenant et n’a pas hésité à sensibiliser sur le sujet. 

Clémence Castel explique ce qu’est la tumeur hormono-dépendante

La tumeur hornomo-dépendante est également appelée fibromatose. Etant bénigne, elle ne produit pas de métastase. En France, environ 300 personnes seraient diagnostiquées chaque année. Clémence Castel s’est déjà confiée sur les conséquences de cette maladie sur sa vie et les douleurs que cela peut engendrer afin de sensibiliser sur le sujet. 

Sur Instagram, par exemple, elle a déjà évoqué sa tumeur. “J’ai aujourd’hui un regard apaisé par rapport à tout cela. J’ai conscience de la chance que j’ai de ne pas être malade, de ne pas avoir de traitement lourd et fatiguant. J’y pense souvent et envoie tout mon courage aux personnes qui n’ont pas cette chance. J’ai aussi conscience de la chance que j’ai d’avoir eu deux enfants avant que cette tumeur ne survienne”, a-t-elle notamment précisé.

Comment Clémence Castel a appris qu’elle était atteinte de cette maladie ?

En effet, c’est après son second accouchement en 2014 que la star de Koh-Lanta a découvert qu’elle était atteinte de cette maladie. “Suite à mon second accouchement en 2014, les docteurs ont découvert une grosseur anormale dans mon bassin”, avait-elle également écrit sur Instagram avant de préciser qu’une nouvelle grossesse à l’avenir pourrait être dangereuse pour sa santé. “L’annonce de la présence d’une ‘tumeur’ le lendemain de mon accouchement m’a énormément inquiétée… S’en sont suivies des semaines de doutes, en attendant le résultat de la biopsie effectuée quelques jours après l’accouchement… Verdict : tumeur desmoïde hormono-dépendante.”

Clémence Castel, désormais dans Danse avec les stars, révélait donc qu’elle ne pourrait pas avoir d’autres enfants. Du moins, les médecins lui ont déconseillé. “Toute nouvelle grossesse pourrait faire flamber la taille de cette grosseur qui se rapproche aujourd’hui de la taille d’une balle de ping-pong”, pouvait-on lire. 

Leave a Comment

Your email address will not be published.